Vous êtes ici : Informations médicales >> Cancer de la prostate >> Définition du cancer de la prostate

Définition du cancer de la prostate - Centre Européen de la Prostate Paris

Les différentes phases d'évolution du cancer de la prostate1- L’Épidémiologie du cancer de prostate en France

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l'homme de plus de 50 ans et représente avec le cancer broncho-pulmonaire la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme dans le monde développé, après le cancer du poumon.

L'âge moyen du cancer de la prostate se situe autour de 70 ans mais certains hommes sont atteints à un âge plus précoce, même s’il est relativement rare avant 40 ans. 

Avec l’âge, son incidence augmente. En France, on retrouve environ 40 000 cas par an, c’est-à-dire qu’un français sur 8 au cours de sa vie est touché.

2 - Définition

L’adénocarcinome est la forme la plus courante de cancer de la prostate. Il représente environ 95 % des cas. Il correspond à une prolifération de certaines cellules de la prostate. Le cancer est d’abord localisé à la prostate et peut à terme se propager aux organes voisins et à distance.

Cancer de la prostateLa gravité du cancer dépend de l’étendue de la tumeur (locale, avec métastases avoisinantes ou à distance) et du type de cellules cancéreuses, c’est-à-dire de leur degré de malignité.

La rapidité d’évolution du cancer de la prostate est évaluée par l’échelle de Gleason, qui est basée sur le type de cellules cancéreuses. Elle est graduée de 2 (évolution lente) à 10 (évolution rapide).

3- Les facteurs de risques :

Certains facteurs peuvent comporter des risques.

  • L’âge : le cancer de la prostate touche surtout les hommes de plus de 60 ans. L'âge moyen au moment du diagnostic est de 70 ans.
  • Les antécédents familiaux : les risques sont plus élevés lorsque un membre de la famille a déjà souffert de cette maladie, ce qui suggère une prédisposition génétique.

    Forme héréditaire de CaP probable si :
    • 3 apparentés du 1er degré atteints ou
    • 2 cas diagnostiqués avant 55 ans dans les apparentés du 1er degré

  • L’origine ethnique : les hommes de descendance africaine sont plus à risque que les Caucasiens, qui sont plus à risque que les Asiatiques.
  • L’alimentation : consommation excessive de graisses animales et alimentation hypercalorique

4- Le dépistage :

Le plus souvent, il n’y a aucun signe pouvant faire suspecter la présence d’un cancer, surtout à un stade précoce quand ce cancer est localisé.

toucher-rectal4-1 - Les signes fonctionnels :

  • Des troubles mictionnels irritatifs ou obstructifs  (envahissement urétral ou col vésical)
  • L’adénome de prostate (HBP) peut être associé au cancer

4-2 Les signes physiques :

  • Toucher Rectal : la prostate est souvent normale ou dure, irrégulière, non douloureuse
    recherche atteinte extra capsulaire, extension de voisinage  (blindage pelvien)
  • Œdème des membres inférieurs / compression veineuse  ou lymphatique par des adénopathies régionales ilio obturatrices

4-3 – Les données biologiques :

 Le dosage du PSA total sérique (Prostate Specific Antigen)

 S’il est supérieur à 4 ng/ml à Biopsies de prostate

  • Elévation isolée du PSA = découverte la plus fréquente
  • Le PSA peut aussi être normal en cas de cancer

Le PSA - Rappels

. Enzyme secrétée normalement par la prostate dans le sperme
  Valeur normale : 4 ng/ml
  N’est pas spécifique du cancer prostatique, marqueur imparfait

. Autres causes d’élevation du PSA:- Augmentation de sa production (Adénome)
- Altération du tissu prostatique (prostatite, geste endo urétral).
. Un TR ne modifie pas le PSA

4-4 – Des circonstances plus rares :

  •   Anémie / envahissement médullaire
  •   Insuffisance rénale obstructive, si cancer avancé localement

5 - Le diagnostic positif

Le cancer de prostate est un diagnostic histologique.

Le matériel histologique peut être recueilli par :

  •  Biopsies prostatiques (dépistage),
  •  Résection de prostate (copeaux)
  •  Adénomectomie prostatique (pièce opératoire)

Biopsies Prostatiques

Echoguidées (sonde endorectale), transrectales-
Anesthésie locale et antibioprophylaxie (risque de prostatite aiguë)
Cartographie histologique complète de la prostate (12 biopsies minimum)
Extension de la tumeur (effraction capsulaire, atteinte vésicules séminales)
Indication : PSA total > 4 ng/ml et/ou TR anormal
2e série de biopsies si 1e non contributive

6 - Le dépistage du cancer de la prostate

  • ANAES en 2005 : Le dépistage de masse n’est pas recommandé
  • Dépistage individuel et encadré, proposé par le  médecin au patient il informe des risques et des bénéfices du dépistage et des traitements induits
  • Il permet un diagnostic à un stade localisé (traitement curateur)
  • Il a un impact attendu :
    • La réduction de la mortalité et amélioration de la qualité de vie
    • L’Association Française des Urologues (AFU) recommande le dépistage par un TR et un PSA annuels entre 50 et 75 ans (1)


7 - Histologie

  • Adénocarcinome dans 90% des cas
  • Carcinome neuro endocrine dans 10% cas
  • Grade Gleason : degré de différentiation cellulaire du cancer (1 à 5)
  • Score de Gleason : addition des grades histologiques des deux composantes  tumorales les plus représentées (2 à 10)

Score de Gleason

 



Page mise à jour le : 12/01/2012